visite

Valéry Didelon : Kraftwerk, vers un nouvel âge de la coopération

En France, la question du logement est plus que jamais circonscrite par le traumatisme associé aux grands ensembles collectifs d’habitation et par l’impasse écologique et sociale à laquelle conduit la maison individuelle. Faut-il alors désespérer de l’architecture du logement ? Certainement pas, et c’est de Suisse voisine que vient peut-être l’une des initiatives les plus stimulantes.

pièce jointe

Martin Étienne : Voyage à Kraftwerk

récit

Jean-Paul Robert : Bucarest, le trousseau des songes

Archipel urbain décrété ville capitale, fantasme monumental d’un régime ubuesque, Bucarest est aujourd’hui hantée par les chiens errants et les spéculateurs de tous ordres. Cette promenade méditative dans la cité roumaine en libère la beauté insoupçonnée.

débat : durablement écologique ?

Grand consommateur de matières premières et producteur de CO2, le secteur du bâtiment est soumis au premier chef au nouvel impératif du « développement durable ». Ces dernières années, les architectes ont réagi diversement à ce qu’ils considèrent souvent comme une contrainte de plus. Si la plupart ont intégré avec résignation son arsenal sans cesse réactualisé de prescriptions normatives, d’autres rejettent, parfois avec véhémence, le consensus techniciste et moraliste dont la cause écologique semble désormais faire l’objet. Quelques-uns innovent, d’autres poursuivent ou redécouvrent les expériences écologiques pionnières d’avant le choc pétrolier de 1973. Chacun se doit d’adapter ses projets architecturaux et urbains à ce monde devenu si fragile.

À travers des opérations singulières, nous avons tenté de saisir les racines et les perspectives de ces nouvelles pratiques, mais aussi leurs limites et contradictions ; entre imaginaire écologique et idéologie durable, entre lobbys et contre-culture. Un retour sur le fameux écoquartier de BedZED, à Londres, met en lumière la filiation stylistique et la généalogie sociale du projet restées implicites derrière le propos quantitatif et technique de son concepteur. Une analyse du nouvel hôpital de Courtrai, achevé depuis peu, dévoile les beautés comme les impasses auxquelles pourraient conduire les positions strictement disciplinaires sur le « durable ». La confrontation entre les tenants et aboutissants de deux récentes expériences pédagogiques dans les écoles d’architecture françaises interroge deux manières opposées d’aborder les questions environnementales. Enfin, une chronologie thématique retrace, pour le dernier demi-siècle, les relations entre écologie et architecture en France.

enquête

Françoise Fromonot : Le système Z

Le quartier d’habitat collectif écologique BedZED (zéro consommation d’énergie fossile, zéro émissions de carbone), au sud de Londres, fêtait en 2012 ses dix ans. Par-delà les résolutions techniques vite dépassées de ce programme quantitatif, la contribution la plus « durable » de cette opération pionnière pourrait bien tenir aux solutions sociales qu’elle encourage à repenser face à la crise énergétique.

analyse

Pierre Chabard : L’hôpital qui se joue de l’éternité

Dans le spectre élargi des réponses architecturales à la crise environnementale, Carlo Baumschlager et Dietmar Eberle tiennent une position radicale, ni high- ni low-tech, ni alter ni green. Puisant au cœur de la discipline, les deux architectes autrichiens défendent un triple idéal, de pérennité, de beauté et de flexibilité, que leur projet pour le nouvel hôpital général de Courtrai (Belgique) – baptisé A.Z. (Algemene Ziekenhuis) Groeninge – met à l’épreuve, à grande échelle.

chronologie

Un demi-siècle d’architecture écologique en France - De l’expérimental au labellisé

point de vue

Cyrille Hanappe : Pour un Social Decathlon

En 2012, deux expériences d’architecture écologique ont impliqué des écoles d’architecture françaises : le concours « Solar Decathlon » et le festival « Bellastock ». Si toutes les deux partagent la particularité d’avoir amené des étudiants à réaliser des constructions en vraie grandeur, elles illustrent, par leurs fins et leurs moyens, deux approches singulièrement différentes de la construction, de l’économie et de la société.

carte blanche

Bernard Marrey : Du béton sur une châtellenie, holà !

chronique

Alexis Pernet : Les chemins du vent

L’espace, qu’il soit architectural ou géographique, est traversé de flux immatériels, impalpables et fugitifs. Pour saisir cette part évanescente des paysages, l’artiste canadien Patrick Beaulieu a imaginé, pendant trois semaines de l’automne 2010, une étrange divagation à travers le continent américain, uniquement guidée par les souffles du vent. L’un des trois auteurs qui l’ont accompagné, Alexis Pernet, a tenu une chronique, écrite et dessinée, du premier tiers du voyage.

document

Mary McLeod : Architecture et politique sous Reagan - Du postmodernisme au déconstructivisme (1989)

Quatre ans après la soutenance de sa thèse en histoire de l’architecture à l’université Princeton, où elle étudiait les liens entre l’architecture moderne et la politique, Mary McLeod, jeune enseignante à Columbia et membre du comité de rédaction de la revue Assemblage (dirigée par K. Michael Hays), démontait point par point la doctrine déconstructiviste, aggravation d’une tendance de fond due au néo-libéralisme des années 1980 : l’évanouissement du rôle social et politique de l’architecte. Nous publions ici la traduction, inédite en français, de la seconde partie de cet important document critique.

correspondance

Vladimir Léon : Lettre de Minsk

Ouverte en 2006, la Bibliothèque nationale du Bélarus domine de sa géométrie étrange la capitale de cette ancienne république soviétique. Tenter de cerner la présence fascinante de cette forme gigantesque dans le paysage urbain, c’est regarder dans son prisme une histoire, un régime, toute une ville.

 

 

Numéro 11 (2013 printemps)

revue semestrielle de critique d’architecture

abonnez-vous
ici